Aelor

Forum officiel du module NeverWinter Nights et role play Aelor.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Récits sur Ghâshbúrz

Aller en bas 
AuteurMessage
Ethelbert
Génération spontanée
Ethelbert

Nombre de messages : 647
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 11/01/2006

Récits sur Ghâshbúrz Empty
MessageSujet: Récits sur Ghâshbúrz   Récits sur Ghâshbúrz EmptyLun 22 Mai - 9:03

Tout d'abord, en guise d'introduction, le BG de ce "joyeux bon garçon".

Désert d'Anauroch, à l'ombre des Monts Cimeterres
Cela faisait maintenant dix jours que Ghâshbúrz errait dans le désert. Quinze jours depuis la mort de son père. Il n'aurait su dire pourquoi ses pas le menaient vers l'intérieur de l'Anauroch. D'après Búbhoshash, c'est dans cette région perdue de Toril que la mère du tanarukk devait se trouver.
Mais il n'en avait que faire. Seul son instinct guidait ses pas, pensait-il. S'il avait su !
Depuis dix jours, il n'avait pas avalé la moindre nourriture, ni bu la moindre goutte d'eau. Et pourtant, il n'était pas épuisé. Búbhoshash avait beau lui avoir répété qu'il était un orque hors du commun, Ghâshbúrz s'étonnait et de félicitait de sa résistance. Il est vrai qu'il ne savait rien de ses origines.

Le jour allait commencer à poindre quand il ressentit le besoin de faire une halte. Ne voulant pas être une proie trop facile pour les bédouins, qui traversaient sans cesse l'Anauroch, il avisa une grotte, dans le flancs des contreforts des Monts Cimeterres. Il y dirigea ses pas.
Bizarrement, bien que la grotte n'était pas très éclairée par le soleil, il y faisait très chaud. Cela surprit fortement Ghâshbúrz. Il se dirigea néanmoins vers le fond de la grotte, s'y allongea et s'assoupit.
Une sensation désagréable le tira de son sommeil. Il était observé, bien qu'il ne vit personne autour de lui.
- Qui est là ? hurla-t-il.
- Du calme, Ghâshbúrz fils de Búbhoshash, ricana une voix déformée par l'écho. Du calme. Pour l'instant, je suis là en... amie, fit une femme en dissipant la magie qui la rendait invisible.
- Par Gruumsh ! jura Ghâshbúrz en dégainant son épée.
- Oh ! non, mon cher. Pas de ça avec moi, rétorqua la femme d'une voix amusée.
Avec un mot de pouvoir, elle tendit un index vers l'épée à deux mains du tanarukk, et la poignée commença à lui brûler la main. Ghâshbúrz grimaça de douleur, mais plutôt que de lâcher la lame, il la rengaina lentement dans son fourreau. Puis, avec un sourire, il s'adressa à son interlocutrice.
- Bien, je t'écoute. Mais ne me fais pas perdre mon temps. Dis-moi d'abord qui tu es et comment tu connais mon nom.
- Fort bien. Je suis ta mère, Ghâshbúrz.
Revenir en haut Aller en bas
Ethelbert
Génération spontanée
Ethelbert

Nombre de messages : 647
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 11/01/2006

Récits sur Ghâshbúrz Empty
MessageSujet: Re: Récits sur Ghâshbúrz   Récits sur Ghâshbúrz EmptyLun 22 Mai - 9:44

- Ma mère ? Je n'ai pas de mère ! cracha Ghâshbúrz .
- Ton père ne t'a pas pondu tel un oiseau. Donc tu as une mère. Et c'est moi. Mais je ne suis pas venu pour des retrouvailles attendrissantes. Nous avons du travail.
- Un instant. Juste une chose. J'ai toujours cru que ma mère était humaine, mais qu'es-tu ? demanda Ghâshbúrz, en voyant des ailes dans le dos de la femme. Et comment t'appelles-tu ?
- Je n'ai pas de nom, sauf si mon seigneur veut bien m'en donner un. C'est lui qui m'envoie te chercher. Pour le reste, je suis une marilith.
- Une... marilith, fit le tanarukk hésitant.
- Une variété de succube, un démon femelle, si tu préfères. Et toi, si tu es un demi-orc, tu appartiens à l'espèce des tanarruks. Les tanarukks sont une variété améliorée d'orques, issus du croisement entre ces derniers et des démons.
Ghâshbúrz ne répondant rien, sa mère continua.
- Et toi, tu es un tanarukk de haut niveau, pourrait-on dire. Tu n'es pas l'enfant de deux tanarukks, mais directement celui d'un démon: moi. Ton père fut choisi comme reproducteur car il était le meilleur guerrier que nous ayons pu trouver.
- Je comprends mieux certaines choses, maintenant.
- Tous tes pouvoirs se révèleront avec le temps, mais il faut que tu apprennes la base ence qui les concerne. Et il faut qeu tu saches à qui tu appartiens. Je suis là pour ça. Suis-moi.
- Un instant ! Je n'appartiens à personne ! rugit Ghâshbúrz .
- C'est faux, reprit sa mère d'une voix neutre. Comme moi, tu apparatiens à notre seigneur, depuis le jour où il a décidé ta naissance. Et il ne servirait à rien de te rebeller. Maintenant, suis-moi, car il t'attend et nous n'avons que trop tardé.

Avant que le tanarukk ait pu prononcé une parole, il se retrouva entouré d'un brouillard rouge et feu. L'instant d'après, la grotte avait disparu. À sa place se trouvait un îlôt carré de pierre cendreuse, baigné d'une brume rougeâtre. Trois de ses bords était entourés par le néant. Au quatrième était accolé un pont, traversant le néant et plongeant dans les ténèbres.
- Où sommes-nous ? demanda Ghâshbúrz.
- Tu as peur, mon fils ? demanda la marilith.
- Je n'ai pas peur, mais je suis curieux de savoir. Alors pour la dernière fois, où sommes-nous ? Où m'as-tu emmené ? Parle, femelle ! hurla Ghâshbúrz en dégainant son arme.
- TU ES DANS MON DOMAINE ! tonna une voix assourdissante. LÂCHE TON ARME ET MONTRE UN PLUS DE RESPECT À MA PREMIÈRE CONCUBINE, SNAGA !
Ghâshbúrz lâcha son arme et se couvrit les oreilles de ses mains. Quand il releva la tête, il hurla à pleins poumons:
- JE NE SUIS PAS UN ESCLAVE ! ET JE NE LE SERAI JAMAIS !
- Tu le seras mon fils, reprit la marilith. Tu l'es depuis bien avant ta naissance, je te l'ai déjà dit. Maintenant, continua-t-elle en tendant le bras, contemple ton seigneur et fais-lui allégeance. Ou sois détruit.

Tournant son regard dans la direction que la marilith indiquait, Ghâshbúrz vit se dresser devant lui un seigneur Balor haut de vingt pieds. Pour la première fois de sa vie, le tanarukk connut la peur.
Revenir en haut Aller en bas
Ethelbert
Génération spontanée
Ethelbert

Nombre de messages : 647
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 11/01/2006

Récits sur Ghâshbúrz Empty
MessageSujet: Re: Récits sur Ghâshbúrz   Récits sur Ghâshbúrz EmptyLun 22 Mai - 10:08

- JE PREFERE CELA, SNAGA ! ricana le balor. TA MERE DIT VRAI: TU N'ES VENU AU MONDE QUE POUR ME SERVIR. ET CE TEMPS EST VENU.
Ghâshbúrz, terrifié, ne pouvait plus bouger. Le seigneur balor commença alors un rituel, assisté par la marilith.
Pendant que le démon incantait, la mère de Ghâshbúrz retirait l'armure du corps de son fils. Lorsque ce fut fait, elle traça des symboles sur ses bras, ses jambes, son torse et son dos, en entaillant profondément son corps avec ses griffes. Tétanisé par la terreur du balor, Ghâshbúrz ne tiqua même pas sous la douleur. Son song commença à couler, et à remplir des canaux à ses pieds.
Quand les canaux furent remplis, ils avaient pris la forme d'un pentagramme. Alors, le seigneur balor acheva son incantation. Il rouvrit les yeux et, inclinant la tête, plongea son regard dans celui de Ghâshbúrz. Une flamme noire apparut dans sa main.

- REÇOIS MAINTENANT MON DON, dit le démon en plongeant la flamme dans la poitrine du tanarukk. TU M'ES LIE À JAMAIS, PAR-DELÀ LA MORT.
- Je te suis lié, seigneur, par-delà la mort, répéta Ghâshbúrz.
À peine le seigneur balor avait-il retiré sa main de la poitrine de Ghâshbúrz que les symboles que sa mère y avait faits s'embrasèrent d'un feu noir.
- TU M'OBEIRAS ET NE SERVIRAS PLUS QUE MOI, reprit le démon.
- Je t'obéirai et ne servirai plus que toi, répéta le tanarukk.
- AINSI SOIT-IL !
- Il en sera ainsi, conclut Ghâshbúrz.

Le seigneur balor eut un rictus. Il libéra alors Ghâshbúrz de son emprise. Celui-ci s'effondra dans un bruit mat.
- DEBOUT ! JE TE L'ORDONNE !, rugit le démon.
À grand-peine, Ghâshbúrz se releva, et planta son regard dans celui du seigneur balor. Un feu sombre y couvait, menaçant de s'embraser à tout instant.
- Tu ordonnes et je t'obéis, seigneur.
- REPONDS. QUI SERS-TU ? QUEL EST LE NOM DE TON SEIGNEUR ?
- Je te sers, tu es mon seigneur, et ton nom est Rúnyarauco. Je ne sers que toi.
- BIEN. MON LIEUTENANT, RÚNYALOMIN, VA TE TRANSMETTRE MES ORDRES.
Sans autre forme de procès, Rúnyarauco disparut dans un éclair rouge. La marilith s'approcha de Ghâshbúrz .
- Je dois partir aussi, notre seigneur m'appelle. Adieu.
Elle disparut également dans un éclair rouge, avant que Ghâshbúrz n'ait pu prononcer un seul mot.


Dernière édition par le Lun 22 Mai - 10:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ethelbert
Génération spontanée
Ethelbert

Nombre de messages : 647
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 11/01/2006

Récits sur Ghâshbúrz Empty
MessageSujet: Re: Récits sur Ghâshbúrz   Récits sur Ghâshbúrz EmptyLun 22 Mai - 10:37

Apparemment seul, Ghâshbúrz n'était pas à l'aise. Quelqu'un l'épiait.
- Montre-toi, qui que tu sois ! rugit-il. Ou tu vas tâter de ma lame.
- Il faudrait d'abord que tu saches où je suis, ricana une voix.
Un rictus mauvais sur les lèvres, Ghâshbúrz sourit. En plus de la voix, une pierre roulant à dix pas de lui lui avait indiqué la position de son interlocuteur. Une odeur de soufre provenait de la même direction.

- Tu es là, fit-il en lancant d'une main son épée.
Un cri inhumain retentit dans la grotte. Ghâshbúrz jeta un sort de dissipation mineure sur son épée. Alors apparut devant lui un balor. L'épée du tanarukk lui avait traversé la cuisse droite. Il avisa Ghâshbúrz, des flammes brillant au fond des yeux.
- Tu vas me payer ça, snaga ! cracha-t-il
- Je n'ai pas beaucoup eu le choix de devenir l'esclave de ton maître. Cela ne veut pas dire que je serai le tien.
Ghâshbúrz se rua vers le balor, qui dégaina son épée. Mais déjà le tanarukk avait retiré la sienne de la jambe du démon, prenant bien soin de la tourner de droite à gauche au passage. Hurlant de douleur, le balor lâcha son arme, et sentit la lame de son adversaire contre sa gorge.
- Je dois t'indiquer ta mission, souffla-t-il. Si tu ne la connais pas, tu ne pourras pas l'accomplir. Et si tu ne l'accomplis pas, j'ose à peine imagine ce que le maître te fera subir. Hahaha !
- Hmm... fit Ghâshbúrz. Je te laisse la vie sauve pour cette fois, mais la prochaine sera la bonne si tu reparais devant moi. Je t'écoute.

Rúnyalomin expliqua alors à Ghâshbúrz ce que Rúnyarauco attendait de lui. Il lui expliqua en outre, de mauvaise grâce il est vrai, qu'il avait droit à un serviteur parmi les diablotins du domaine. Puis il partit, laissant le tanarukk songeur.
Un diablotin vint se poser sur son épaule.
- Bonjour, maître.
- Bonjour... comment t'appelles-tu ?
- J'attends que vous me donniez un nom, maître. Celui qu'il vous plaira.
- Hum... Snaghâsh, dit enfin Ghâshbúrz. Ce jeu de mots le fit sourire malgré lui.
- Ainsi soit-il, maître.
- Dis-moi, Shaghâsh, peux-tu m'apprendre comment quitter cet endroit ? Et comment, à ton avis, pourrais-je réussir la mission que l'on m'a confiée. Et où est ce trou ? Cet Aelor ?
- Pour quitter cet endroit, tout comme pour vous y rendre, maître, vous devez vous servir du grenat.
- Le grenat ? Quel grenat ?
- J'ai une congénère, Isefet, qui garde l'entrée. C'est elle qui vous donnera un grenat, si vous lui demandez, maître. Ce grenat vous servira pour passer du plan des Neuf Enfers au plan primaire, maître. Quant à votre mission, vous devriez vous entourer de gens capables, avant de faire quoi que ce soit, maître.
- Bah ! il n'y a que des humains, et ils sont faibles! cracha Ghâshbúrz.
- Pas tous, maître, pas tous. Je suis sûr que vous pouvez en trouver quelques-uns de valeur. Vous n'aurez qu'à les convertir comme notre seigneur l'a fait avec vous, maître. un démon de votre niveau en est aisément capable. Quant aux autres, ma foi, utlisez-les comme... friandises pour l'ennemi. Les orques sont très bien pour cela, soit dit sans vouloir vous offenser, maître.
- Mouais, tu as sans doute raison. Et sais-tu où est ce trou paumé dont m'a parlé l'autre éclopé.
- Non, maître. Je pense qu'à ce sujet, il faudra vous débrouiller seul, maître.
- Je ne serai pas seul. Tu viens avec moi.
-Bien maître.

Un instant plus tard, Snaghâsh avait emmené Ghâshbúrz devant Isefet, une diablotine assez espiègle, qui informa le tanarukk de la façon dont fonctionnait le grenat, et le "Pentaportail" qui lui était lié.
- Sais-tu où se trouve le village d'Aelor, Isefet ? demanda Ghâshbúrz.
- Pour sûr. Vous n'êtes pas le premier à devoir remplir cette mission. Les derniers ont failli réussir.
- Failli ? Ils sont morts ?
- Oui et non. ils sont morts, mais notre seigneur leur a rendu la vie. Maintenant, ils savent ce que souffrance signifie. Il y a deux choses que notre seigneur ne supporte pas: que l'on échoue, et que l'on prononce son nom. Gardez-vous de l'un et de l'autre, et tout ira bien.
- J'y veillerai.
- J'ai ciblé le "Pentaportail" sur Aelor. Franchissez-le et vous vous y retrouverez. Mais à votre place, j'essaierai de cacher mon visage, conclut-elle en voyant le visage rouge du tanarukk.
- J'ai ce qu'il faut, fit celuic-i. Sortant un masque de son sac, il jeta un sortilège mineur dessus. L'instant d'après, c'est un humain massif qui apparut dans un champ près du village d'Aelor.
Revenir en haut Aller en bas
Ethelbert
Génération spontanée
Ethelbert

Nombre de messages : 647
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 11/01/2006

Récits sur Ghâshbúrz Empty
MessageSujet: Re: Récits sur Ghâshbúrz   Récits sur Ghâshbúrz EmptyLun 22 Mai - 16:04

À peine de retour dans le plan primaire, Ghâshbúrz regarda autour de lui. Des champs, des fermes. Rien d'autre. Préférant rester incognito, le tanarukk révoqua son familier. Puis, apercevant l'enceinte d'un village, il y dirigea ses pas. Ce fut ainsi que Ghâshbúrz le tanarukk entra en Aelor.

Une fois dans le village, il se dirigea vers l'auberge. Il commanda une pinte, s'assit à une table et commença à réfléchir. Par où commencer ? Il lui fallait d'abord se repérer dans cette région inconnue, puis repérer son objectif.
Mais mieux valait ne pas être seul. Les conseils de son familier lui revinrent en mémoire. Recruter, certes. Mais ce ne serait pas chose facile. Les humains ont beau être faibles, ils n'en sont pas moins orgueilleux. Et leurs dieux sont plus puissants que ceux des orques.
Pourquoi pensait-im aux dieux orques ? Il n'avait jamais vraiment été un orque, et maintenant encore moins qu'avant. Il tira un trait là-dessus, vida sa chope et en commanda une autre. Apparemment, son masque le camouflait bien, l'aubergiste n'ayant aucun soupçon.
Recruter, donc. Mais encore ? Dominer, surtout. Là était la clef du succès. Dominer. Il sentait, il savait qu'il y avait des orques dans la région. Le tout était de savoir s'ils étaient en nombre suffisant, et s'ils étaient bons combattants. À tout le moins suffisamment bons pour tenir occupée une garde digne de ce nom. Que deux démons aient payé leur tentative de leurs vies prouvaient, si besoin était, le niveau de la garde en question.

Ghâshbúrz se leva et alla commander le plat du jour et un tonnelet de bière, avant d'aller s'enfermer dans une chambre, qu'il loua en donnant un saphir à l'aubergiste.
Assis sur son lit, le tanarukk réfléchissait. Le secret était de dominer mentalement les humains, et peut-être quelques elfes. D'après Snaghâsh, il pouvait les dominer comme Rúnyarauco l'avait fait avec lui. il faudrait simplement s'assurer que l'enchantement ne se brise pas. Pour cela, il fallait un support matériel à l'enchantement, un support qui puisse être introduit dans le corps de son serviteur.
Ghâshbúrz invoqua Snaghâsh. Quand le familier apparut, le tanarukk lui exposa sa demande.
- Penses-tu pouvoir réaliser cela pour moi ?
- Bien sûr, maître, fit le diablotin en hochant la tête. C'est la simplicité même. Laissez-moi jusqu'à la prochaine lune, et ce sera prêt.
- Cela fait quinze jours. Bien. Je vais dormir un peu, puis j'irai explorer la région. Maintenant, va.
Son familier parti, le tanarukk sombra dans un sommeil agité.

Quinze jours plus tard, Ghâshbúrz connaissait les principaux axes de circulation de la région. Il avait affiné son plan, et avait eu quelques contacts pour élaborer une alliance. Limitée, certes, mais intéressante. Se rappelant du délai imposé à son familier, il l'invoqua. Celui-ci apparut dans un éclair rouge.
- Vous m'avez appelé, maître ?
- Où en es-tu de notre affaire, Snaghâsh ?
- J'ai fini il y a quatre jours, maître. J'ai profité des ces derniers jours pour passer à la fabrication... en série.
- Hmm. Fais voir l'objet.
- Voici, maître, répondit le diablotin, en tendant au tanarukk une sorte de petit caillou sculpté et peint. Ceci est votre symbole: le rouge représente notre seigneur, le noir et l'orangé sont votre nom, maître. Avec le mot de pouvoir adéquat, toute créature à laquelle vous inspirerez la peur tombera sous votre domination éternelle, aussitôt que vous l'aurez... "marquée".
- Bien. Maintenant, il nous faut trouver un cobaye.
- Isefet m'a averti que des aventuriers vont partir à une chasse aux loups-garous, maître. Peut-être y aurait-il matière à...
- Comment Isefet sait-elle cela ? s'emporta Ghâshbúrz en saisissant son familier à la gorge. Suis-je observé ? Espionné ?
- C'est à dire que..., articula difficilement Snaghâsh, le rôle d'Isefet...est de... contrôler... l'activités des envoyés... de notre seigneur... dans les autres plans.
- Il va falloir qu'elle perde cette habitude avec moi, je te le garantis, fit Ghâshbúrz en relâchant son étreinte.
- Impossible, maître... Les ordres viennent de notre seigneur. Vous risqueriez gros à les contrarier.
- Cela attendra. Des loups-garous, disais-tu ? De misérables chiots qui essayent de faire les beaux, pouah ! Enfin, allons-y.

Ainsi, Ghâshbúrz partit chasser le loup-garou en compagnie de quatre aventuriers: un rôdeur, deux maîtres des ombres et une barde. Celle-ci sembalnet avoir des dispositions intéressantes, il lui prêta arme et équipement divers.
"Elle pourrait faire une bonne recrue, avec une alliée efficace, avec une bonne formation", pensa-t-il.
Quelques heures plus tard, le groupe revint en Aelor de son expédition contre les loups-garous. Après avoir touché une prime, le groupe se sépara. Ce fut le moment que Ghâshbúrz attendait. Il se dirigea vers le jeune femme.

//--hrp--// Ceci est censé rester secret, mais je le montre pour Gato76:
Récits sur Ghâshbúrz Test16vt

Voici le symbole que Ghâshbúrz a "glissé" dans le crâne de Chara, et qui la lie désormais au tanarukk. Quand l'emprise de son maître se fait sentir, le symbole se met à luire sous la peau. plus l'emprise est forte, plus le symbole brille. //--hrp--//
Revenir en haut Aller en bas
gato76

gato76

Nombre de messages : 221
Localisation : En train de persécuter de pauvre inocents
Date d'inscription : 15/12/2005

Récits sur Ghâshbúrz Empty
MessageSujet: Re: Récits sur Ghâshbúrz   Récits sur Ghâshbúrz EmptyLun 22 Mai - 17:56

//hrp// oki pas de pb Smile //
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Récits sur Ghâshbúrz Empty
MessageSujet: Re: Récits sur Ghâshbúrz   Récits sur Ghâshbúrz Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Récits sur Ghâshbúrz
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aelor :: Archives :: Espace détente :: Plumes et légendes-
Sauter vers: